Le president felicita chaleureusement les chefs de corps, puis le defile commenca; seulement, apres avoir passe

_ _Par les sillons aigus comme des vagues, les grands chiens flairent. Nous sommes deux bons Corses et deux bons soldats.

Ce plan est fort simple en effet, general, a mon avis il offre de grandes chances de reussite. Quels sont ces cavaliers? demanda le general. Bien, repondit affectueusement l’aventurier, je suis heureux de vous entendre parler ainsi, general; je craignais que vous vous ne fussiez laisse griser par votre succes. En effet, depuis son depart de l’hacienda, malgre les prieres de sa fille, don Andres n’avait pas prononce une parole, le front pale, les yeux fixes et sans regard, la tete inclinee sur la poitrine, le corps agite par un tremblement nerveux continu, plonge dans un sombre desespoir, il laissait a son cheval le soin de le conduire sans paraitre savoir ou il allait, tant la douleur avait brise en lui toute energie et toute volonte. Il songe qu’on le saura bien avertir a l’arrivee du fiacre. c’est sublime.

Eh! dit Antonia, vous ne faites pas si bien la police de la foret, vous autres gendarmes, qu’on n’y rencontre jamais de malfaiteurs. Alors Maurin se mit a rire: –Vous avez maigri, Sandri, depuis notre derniere entrevue. Les tetes ne tarderent pas a s’echauffer.

. Pendant une heure, ils galoperent a la suite de don Jaime qui avait pris la tete de la cavalcade. Dona Dolores, et les personnes qui l’accompagnaient, n’atteignirent l’hacienda que quelques moments avant le coucher du soleil. Un instant, a peine, le gagne un dedain pour l’ecrivaillerie sentimentale dont elle copie les piteuses heroines. .

Si je parle seul, ane que tu es, ce n’est pas sans raison, tu penses. La figure de Maurin eut une expression extraordinaire de terreur et d’energie qui, sans doute, paralysa les moyens de defense de son adversaire, car, en un tour de main, Maurin, se jetant sur lui tout a coup, l’eut desarme. Prends mes becasses et fais-t’en faire la veste et la culotte que je t’ai promises, espece d’ane! Quand ils furent en plein bois: –Je ne suis pas un homme des villes, dit Maurin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.