Aussitot que la jeune dame eut ete confortablement installee dans la berline, don antonio se retourna

Seigneurie, balbutia-il. En voila un autre, de merle, deux!.

. Le regard du prefet demanda une explication. Nous naissons a peine a la liberte. .

Enfin! Essayons toujours de le secourir, bien que je craigne que ce soit peine perdue. C’est que. . Le voyageur comprit qu’il etait tombe dans un guet-apens, que toute resistance serait folle et qu’il ne lui restait plus d’autre chance de salut que la soumission; cependant comme, malgre son age, il etait vert encore, doue d’un caractere ferme et d’une ame energique il ne s’avoua pas vaincu ainsi au premier choc, et resolut d’essayer de tirer le meilleur parti possible de sa facheuse position. Un vrai nid d’amoureux aux meubles intimes et parfumes. En attendant, faisons-lui, de loin, la chamade: il verra bien que nous n’avons pas peur! Et hurlant, criant, injuriant, gesticulant, montrant le poing tous ensemble, les gens de Gonfaron firent de loin a Maurin une conduite de charivari, une chamade de carnaval; et a qui mieux mieux ceux qui avaient des fusils, a plus d’une demi-lieue de distance, tiraient sur lui avec du plomb pour les fifis, les futi-fus et les becs-figues, tant et tant que les bravades de Saint-Tropez sont moins bruyantes et moins effroyables! Alors, tel Boabdil, le roi Maurin, qui pour mieux dominer l’armee ennemie commencait a gravir les premieres pentes des Maures, se retourna, s’arreta debout sur une roche avancee; et contemplant a ses pieds ce desordre vain mais injurieux, cette fumee inutile d’ou sortaient des eclairs et des tonnerres meles aux cris d’une humanite souffrante, mais dont il avait honte, il murmura tristement, en secouant la tete: –Et dire que voila mon peuple! CHAPITRE XL De la memorable conversation qu’eurent ensemble Maurin des Maures et son ami Caboufigue, ex-roi des negres, berger de crocodiles, conservateur radical et candidat a la deputation. L’elevation subite de ces deux individus, le credit presque illimite dont ils jouissent aupres du president, m’avait deja donne a reflechir, nul ne comprend rien a cette faveur si soudaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.