Ce qui entraîne souvent les poètes, c’est que les changements les plus compliqués n’exigent d’eux qu’un

Dans un entr’acte, si court qu’il soit, un poète peut faire tenir un temps quelconque si grand qu’il soit. Ce n’est donc qu’en multipliant les traits particuliers, d’observation courante et journalière, qu’on lui procure la sensation de la vérité et de la vie. Il faut à ses personnages des pourpoints de velours et de soie, des épées brillantes et souples; il faut à ses heureux interprètes un visage majestueux ou farouche, une parole caressante ou hautaine, un jeu de proportion héroïque, de façon que, laissant bien loin d’eux le comédien, ils dépassent un peu le personnage lui-même. On aperçoit l’intérieur du temple et les lévites armés s’avancent sur la scène. Ce qu’on appelle la couleur locale serait dans ce cas-là beaucoup plus nuisible qu’utile, car elle serait sans doute en opposition avec l’idée que le public en général se forme des moeurs turques et du mystère qui entoure la vie privée des femmes. Il est clair ici que je ne m’en prends pas à l’auteur qui n’a fait en somme que se plier aux exigences théâtrales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *