Pour traduire sur la scène les personnages classiques, le comédien doit donc éviter de marquer son

Ainsi nous constatons une confusion constante entre les actes et les tableaux, et il est manifeste que parfois on emploie le mot _tableau_ uniquement parce que la durée paraît un peu petite pour un acte, ce qui est une très mauvaise raison, un acte n’ayant pas en soi de durée déterminée. Toutefois, si la première proposition ne demande que quelques mots d’explication, elle est cependant importante par une des conclusions qu’on en peut tirer et qui nous offre la résolution d’un problème intéressant.

Un ouvrage spécial sur les traditions conservées à la Comédie-Française serait d’un très grand intérêt; mais il ne pourrait être entrepris que par quelque esprit attentif, appartenant depuis longtemps à la maison de Molière. Ce n’est pas l’eau qui suggère au rabbin l’idée de sonder le coeur de la jeune fille; elle ne lui offre que le moyen immédiat d’y parvenir. Spectacle aimable, sans fatigue, plaisir mêlé d’un attendrissement délicat et modéré, comme il sied à un public qui n’a pas besoin d’être violemment secoué.

Si l’on ne peut éviter ce mouvement, il faut qu’il soit accompli librement et vivement par chaque figurant, sans que son allure semble liée à celle de son voisin. En voulant pousser trop loin l’unité de costume, on crée, comme à plaisir, des contradictions entre l’aspect extérieur des personnages et les sentiments qui les font agir. Dans les pièces de M. Prédominance des traits généraux. Nous pouvons donc dire que, pour être perçues à la fois, des impressions auditives, optiques et intellectuelles doivent, premièrement, être très faibles ou avoir un rapport commun, et, deuxièmement, conserver entre elles la proportion d’intensité qui leur a permis de se manifester dans le même moment. Une femme parée de sa dignité mondaine n’a pas le même aspect extérieur que la même femme, sous les mêmes vêtements, prête à s’abandonner dans l’intimité à l’entraînement de son coeur. _–Rapports de la mise en scène avec la conception poétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *