Cette nouvelle représentation n’est autre chose que l’idée que nous avons acquise d’un certain ordre de

Des milieux générateurs. La couleur locale n’a de prix que lorsque c’est celle-là même que peut imaginer le spectateur. Émile Perrin comme un des maîtres de la mise en scène moderne.

Pièces d’ordre composite. Les comédiens qui traduisent sur la scène ces combinaisons originales et fantaisistes doivent s’y sentir dégagés du monde réel, sans quoi ils se trouveraient aussi mal à l’aise sur la scène que nous pourrions nous trouver gênés de nous voir en habit d’Arlequin dans la compagnie de gens graves et sérieux. La distance, en effet, ne nous permet pas d’apprécier le poli du marbre, la transparence de l’ivoire, la qualité fibreuse du bois, la trame soyeuse des étoffes, non plus que l’habileté du tissage ou du brochage. Types généraux de l’ancienne comédie. Dans _l’Ami Fritz_, c’est sur la ligne optique que Sûzel vient se jeter dans les bras de Fritz. Une partie de cette action est dès lors accomplie, et l’esprit du spectateur est prêt à franchir l’espace de temps que voudra le poète, mais non à accepter, quand le rideau se relèvera, une contiguïté entre les deux tableaux, et une continuation, après interruption, du moment précédent de l’action.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *