Toutefois, il y a là une ligne de partage assez nettement tracée: d’un côté, l’art dramatique,

Néanmoins, il ne serait pas juste de dire simplement que dans ces deux cas la difficulté est multipliée par la distance ou par le temps. La France est aujourd’hui une démocratie. Au premier acte du _Monde où l’on s’ennuie_, lorsque le sous-préfet et sa femme sont introduits et se trouvent seuls dans le salon de la duchesse de Réville, la jeune sous-préfète s’approche du piano ouvert et se met à jouer un air d’opérette. La musique y vient donc en aide au pathétique; mais, point important à noter, elle reste complètement en dehors de l’action. On devait donc avoir grand soin de ne pas feuilleter les gravures de modes, les journaux illustrés, mais de s’inspirer de portraits, de bustes, de gravures, c’est-à-dire, en un mot, d’oeuvres d’art. C’est l’entrée triomphale d’un héros, d’un conquérant, du représentant et du sauveur de la monarchie. Ces deux représentations ne peuvent jamais être qu’idéales, c’est-à-dire conçues et rendues idéalement par la réduction forcée du temps nécessaire à la succession des phénomènes morbides, par la prédominance des effets généraux et par l’effacement des traits particuliers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *