Sans doute, c’est précisément cette possibilité qui constitue la critique du système

Les féeries. Ce qu’elle était jadis en France.

Pouvons-nous espérer, en remontant le cours du temps, le rencontrer sur la scène tragique elle-même où furent représentés les drames de Sophocle et d’Euripide? Nos recherches ne seraient pas couronnées de ce côté de plus de succès. Au théâtre, toute péripétie doit avoir été antérieurement à l’état de possibilité, et dans les dénouements, par exemple, le grand art consiste à surprendre le spectateur par un trait ou un acte final, qu’il a la satisfaction de déduire immédiatement ou du caractère du personnage tel qu’il a été exposé, ou d’une situation antérieure, opération mentale rapide comme l’éclair et qui est l’épanouissement du plaisir esthétique.

Le spectateur souffre de l’angoisse des derniers instants, plus terribles que la mort elle-même.

En soi, ce costume ne me paraît approprié ni à la situation ni au caractère du héros grec. Mais je me hâte d’abandonner les généralités, car je crois plus profitable de prendre un exemple particulier, qui me fournira l’occasion d’agiter plusieurs questions intéressantes et importantes pour l’art de la mise en scène.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *