Quant aux choeurs, ils se demanderaient par quelle aberration du goût on ose leur faire déclamer

CHAPITRE XXV Étude de la mise en scène de _Phèdre_. C’est sur la scène de l’Opéra qu’on pourrait et qu’on a pu employer ce procédé avec quelque sécurité, parce que là, la puissance de la musique sur l’inclination morale du spectateur vient en aide à la puissance pittoresque de la décoration. Dans un tableau, cette contradiction serait absolument choquante et constituerait une faute grossière. Souvent un théâtre se met en grands frais pour retomber dans un art absolument enfantin, où se coudoient le réel et l’imaginaire. Entre l’aspect et le moral d’un personnage, il y a un lien qu’il n’est pas permis de briser; car, au théâtre, prendre l’aspect physique d’un être humain c’est, pour un acteur, disposer son âme à avoir le sentiment de l’état moral du personnage et se rendre capable d’exprimer les passions qui l’agitent. Le vaste espace est de tous les milieux celui qui convient le mieux à la grandeur tragique. De là, pour le comédien, naît une certaine tendance à devenir caricaturiste, tendance qui s’affirme surtout dans les théâtres de genre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *