Nécessité de démonter les oeuvres classiques

CHAPITRE IX La mise en scène ne doit par pécher par défaut. Toutefois, une réflexion s’impose, qui nous permet de ne pas tenir grand compte de ce vieillissement certain: c’est que, dans une oeuvre dramatique, la mise en scène est la partie essentiellement destructible.

Ce deuxième point est extrêmement délicat, car il est toujours tentant d’ajouter quelque chose au jeu de ses prédécesseurs ou de ses émules; et c’est presque toujours par excès que pèchent les comédiens, par suite de l’attention que plus que tout autre ils apportent à l’observation des phénomènes. On aperçoit l’intérieur du temple et les lévites armés s’avancent sur la scène.

La transparence de l’atmosphère, la netteté des lignes, l’égalité des effets, la coloration puissante des tons, ne semblent pas s’associer à la mélancolie humaine comme les paysages humides et crépusculaires du nord. Dans la mise en scène, la distribution des rôles est donc d’une importance capitale. Souvent il se passe dix ans, vingt ans même, pendant lesquels un groupe de pièces ne peut être remonté avec succès, par suite du manque d’un acteur d’un certain tempérament.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *