Jadis les classes étaient nettement séparées les unes des autres et ne se confondaient jamais

Au deuxième acte du _Misanthrope_, dans la scène des portraits, Célimène occupe le centre optique; mais au dénouement, au cinquième acte, c’est Alceste qui prend cette place, tandis que Célimène est à gauche, correspondant au groupe de Philinte et d’Eliante qui occupe la droite. Nous avons parlé plus haut de son influence sur le goût public, de son importance au point de vue du plaisir le plus pur qu’il nous soit donné d’éprouver au théâtre. D’un autre côté, la même confusion éclate quand il s’agit de la représentation des chefs-d’oeuvre étrangers. Mais alors il ne faut pas que la mise en scène s’attarde à remuer d’énormes machines; il faut qu’elle se fasse alerte et quelque peu féerique pour répondre aux coups d’aile de l’imagination poétique. Je ne parle bien entendu que des rôles importants, et je ne tiens pas compte des cas fortuits ou de force majeure.

Il est certain que nous n’allons pas à la Comédie-Française, à l’Ambigu ou au Châtelet dans les mêmes dispositions d’esprit, et que selon le milieu théâtral nous inclinons à rechercher tantôt un plaisir où l’esprit aura la plus grande part, tantôt un plaisir plus ou moins fortement imprégné de sensualisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *