Un acte représente une suite de sensations étroitement associées; si donc, entre deux tableaux appartenant à

Une partie de cette action est dès lors accomplie, et l’esprit du spectateur est prêt à franchir l’espace de temps que voudra le poète, mais non à accepter, quand le rideau se relèvera, une contiguïté entre les deux tableaux, et une continuation, après interruption, du moment précédent de l’action. Mais est-ce bien aux actrices qu’il faut reprocher leurs excès de toilette? N’y a-t-il pas de la faute du public? Voyez dans une salle de spectacle toutes les lorgnettes se diriger sur l’actrice qui entre en scène, l’environner, la dévisager, la passer en revue dans toutes les parties de sa personne, examiner les mille détails de sa toilette, signer sa robe du nom du plus habile faiseur, faire l’inventaire et l’estimation de ses diamants et de ses dentelles. Le décor, les costumes, les jeux de scène, la figuration, doivent donc convenir au texte poétique; c’est ce que jadis on aurait exprimé en disant que la mise en scène doit être décente. C’est pour cela que nous avons dit plus haut que l’école agrandissait la superficie de l’art, en abaissant sensiblement l’idéal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *