La musique y fait encore, comme dans le mélodrame, office de multiplicateur et d’amplificateur

Malheureusement l’apparent et le matériel nous distraient de l’âme humaine: à trop partager son coeur, on abaisse l’idée que l’on se faisait de l’amitié. Elle facilite singulièrement à l’auteur la mise en marche de l’action, et évite aux personnages l’ennui de faire et au public celui d’entendre l’exposé de leurs sentiments les plus intimes. Mais dans cet exemple la romance de Fabiani, quoiqu’elle résulte physiologiquement de l’état d’un coeur qui éprouve le besoin, d’épancher son bonheur, ne joue que le rôle d’un _aparté_ musical et n’est en quelque sorte qu’une confidence faite directement au public. Plus le répertoire habituel d’un théâtre est intellectuellement relevé, moins l’accroissement de l’effet représentatif aura d’influence fâcheuse, à la condition cependant que tout le matériel figuratif soit soumis à la même proportion d’intensité, et qu’aucun détail n’éveille en nous une attention particulière.

En outre, en offrant ainsi au héros un siège aussi défavorable, le metteur en scène devient en partie responsable de l’interprétation défectueuse du rôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *