Je citerai comme exemple le drame d’_antony_

Donc, en allongeant un entr’acte, nous ne rendons nullement plus plausible l’intervalle plus ou moins grand de temps, supposé écoulé entre les deux moments de l’action au milieu desquels il s’intercale. Meilhac. Aujourd’hui, la musique est devenue une puissance subjective; elle fait partie intégrante de l’action dramatique, et le point où s’applique directement cette force émotionnelle n’est plus dans l’âme du spectateur, mais dans l’âme même des personnages du drame. Par suite, la synthèse de ces diverses représentations offrira donc à notre esprit une nouvelle représentation, rassemblant et fixant les caractères communs de toutes les représentations antérieures et laissant dans le vague une masse flottante, indécise de traits particuliers. La décoration ne doit exercer sur nos yeux qu’une illusion facile à s’évaporer, comme ces brillantes bulles de savon qu’un souffle fait évanouir; de même, l’action et la diction des acteurs, les péripéties tristes ou gaies par lesquelles passent les personnages doivent garder le caractère aimable d’un jeu d’esprit, comme il sied à une société d’où la belle humeur a proscrit les passions troublantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *