Cet air est représentatif, par son caractère, de l’humeur enjouée de la jeune femme et de

Non, le mobile qui nous pousse au théâtre n’est pas aussi désintéressé qu’on le pense; nous voulons y goûter du plaisir dans toute la force du terme et y éprouver des sensations réelles, qui mettent en émoi notre organisme tout entier. Il a été écrit en effet d’un bout à l’autre sans le secours d’aucune note et d’aucun livre, par la simple méthode spéculative. L’éducation, l’instruction, le commerce avec nos semblables nous inculquent certaines façons de penser, de dire, d’agir, qui varient suivant le milieu où nous avons vécu.

Dans le vaudeville, l’union de la musique et de l’action est plus intime. Ce deuxième point est extrêmement délicat, car il est toujours tentant d’ajouter quelque chose au jeu de ses prédécesseurs ou de ses émules; et c’est presque toujours par excès que pèchent les comédiens, par suite de l’attention que plus que tout autre ils apportent à l’observation des phénomènes.

Si celle-ci est assez sensée pour joindre à l’observation réaliste la méthode classique, toute psychologique, elle assurera le salut de l’art moderne, en lui infusant une vie nouvelle; mais, si elle rejette tout compromis, par mépris irraisonné de l’idéal, elle usera ses forces à des besognes minuscules, et l’art désagrégé se dispersera en poussière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *