C’est un contraste qu’on ne peut entièrement éviter, mais qu’il ne faut pas rechercher de parti

Qu’importe d’où viennent et où vont Scapin, Lisette, Géronte, Éraste et Isabelle, réunis par le caprice du poète dans un même enchevêtrement d’événements, pourvu que nous riions des fourberies de l’un, de la malice de l’autre, de la sottise de celui-ci, et que nous assistions au triomphe final des amants! Qu’importe qu’ils se rencontrent ici ou là, dans un décor représentant un appartement ou une place publique! C’est par pure bonté d’âme que le poète daigne parfois nous apprendre que la scène se passe à Naples ou à Paris: nous n’avons que faire de le savoir, puisque ce sont les mêmes personnages, qu’il transporte à son gré aux quatre coins du monde.

Cette nécessité a pour conséquence immédiate: premièrement, la disparition des troupes de province; deuxièmement, la fusion en une seule de toutes les troupes existant à Paris; troisièmement, l’exploitation des théâtres de province par les troupes de Paris. Est-ce à dire que les efforts de l’école seront vains et inutiles? Une telle conclusion serait injuste et contraire à la vérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *