Ce fut en lui que se résuma toujours la beauté du spectacle, qui en fit l’attrait

_L’Avocat Patelin; Bertrand et Raton; Pot-Bouille; la Charbonnière. Si j’ai choisi _Phèdre_, ce n’est pas que cette tragédie offre une occasion exceptionnelle d’étude et fournisse une plus riche moisson d’exemples que toute autre; c’est uniquement qu’au moment même où je m’occupais de la mise en scène j’ai pu assister à plusieurs représentations de cette tragédie. Il en est de même de la mort de Jane Grey. C’est jour de grande soirée chez la reine d’Illyrie; sous l’apparence d’un bal, il s’agit d’une réunion politique où vont se prendre des résolutions viriles.

Mais ici, je ne critique pas, j’analyse et j’expose les théories d’une école, en cherchant au contraire à les montrer dans leur jour le plus favorable.

Dans nos pièces modernes, chaque fois qu’un personnage s’adresse à la divinité, il se tourne vers son image, si celle-ci figure dans la décoration. Si l’architecture me paraît heureusement appropriée, je ne saurais en dire autant de la toile du fond, qui, en définitive, représente l’acropole d’Athènes, ou une colline sainte qui lui ressemble à s’y méprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *