La fantaisie ne fera qu’exagérer notre répugnance, car il y aura une contradiction choquante entre l’image

Cependant j’aurai peut-être atteint le but si j’ai pu faire comprendre le sens assez marqué de l’évolution de l’art dramatique et de l’art théâtral.

Au théâtre, il n’y a pas de toilettes de ville, il n’y a que des costumes de théâtre. C’est là une raison toute philosophique. Ce serait une erreur de penser ainsi d’autant que, par suite de la révolution qui, vers la fin du siècle dernier, a modifié l’art des décorations et des costumes, la mise en scène de nos chefs-d’oeuvre classiques est toute moderne.

En résumé, lorsque pour des raisons supérieures on croira nécessaire d’augmenter l’effet représentatif d’une oeuvre dramatique, la dérogation aux principes essentiels de la mise en scène trouvera dans le milieu théâtral soit des circonstances atténuantes, soit des circonstances aggravantes. Au commencement du deuxième acte, au moment du départ des moissonneurs pour les champs, se place la chanson de Sûzel, dont le choeur reprend le dernier vers: Ils ne se verront plus! Le chant de Sûzel se trouve amené naturellement dans la pièce, et cependant, en dehors de l’effet touchant qu’il prépare pour la fin de l’acte, il n’offre guère que l’intérêt de l’exécution musicale, puisque Sûzel est en scène; et à la Comédie-Française cet intérêt est, il est vrai, très vif parce que l’actrice qui remplit ce rôle a une remarquable diction, aussi large et aussi pure quand elle chante, même sans accompagnement, que lorsqu’elle parle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *