_troisieme soiree_ _au couchant, devers la roche du dragon , un dernier sillage ocre et

Je desirais vous voir, dit le comte. Comme ca, fit-il, dis-moi un peu, tu les as les ordres qu’il faut pour m’arreter? –Mandat d’amener, dit le gendarme avec importance. Merci! Vous permettez, ajouta-t-il et se tournant vers le valet de chambre qui l’eclairait: Dressez-moi a souper, s’il vous plait, monsieur Raimbaut.

Oui, oui, s’ecria le mayordomo, si d’autres assaillants ne se presentent point d’un autre cote. Prendre a Sandri sa fiancee,–sans mauvaise ruse, bien entendu,–c’etait bien la un triomphe digne du don Juan des Maures, et qu’il esperait depuis quelque temps avec une impatience secrete, et dont il s’etonnait. Un bouton de veste, trouve sur le lieu du meurtre et ayant appartenu a Maurin, il n’en fallait pas plus a Grondard et a un gendarme pour etre convaincus de la culpabilite du roi des Maures. . .

Je suis heureux, dit Caboufigue, qui mentait par orgueil; je suis heureux. Longtemps. Ce _brave M.

. . Senor don Felipe Neri, ajouta-t-il en se tournant vers l’officier immobile a quelques pas de lui, vous pouvez rebrousser chemin avec vos hommes, la route est parfaitement libre jusqu’a Puebla; vous me comprenez n’est-ce pas? –Je vous comprends, caballero; cependant il me semble, repondit en hesitant le colonel, que mon devoir m’ordonne d’escorter. . . Soit, mon pere, repondit-elle en hochant la tete d’un air boudeur; mais, s’ecria-t-elle tout d’un coup, regardez donc, mon pere, il me semble que la voiture se ralentit. Le geant noir devint pale sous son masque de suie.

Nous grandirons. Eh bien, soit, messieurs, vous avez raison. .

Helas, don Jaime, comprenez-vous bien la portee de ce mot? Savez-vous ce que c’est que de dire: esperez, a une mere? –Maria, ai-je besoin de vous repeter que vous etes, vous et votre fille, les deux seuls liens qui me rattachent a la vie, que je vous ai voue mon existence tout entiere, sacrifiant pour vous voir un jour heureuses, vengees et replacees dans le haut rang dont vous n’auriez pas du descendre, toutes les joies de la famille et toutes les excitations de l’ambition! Le but que depuis si longues annees je poursuis avec tant de perseverance, avec une obstination si grande, ce but, supposez-vous donc que vous me verriez si calme et si resolu, si je n’avais pas la certitude d’etre sur le point de l’atteindre? Ne me connaissez-vous donc plus? N’avez-vous plus foi en moi? –Si, si, mon frere, j’ai foi en vous! s’ecria-t-elle en se laissant aller dans ses bras; et voila pourquoi je tremble sans cesse, meme lorsque vous me dites d’esperer, parce que, je sais que rien ne saurait vous arreter, que tout obstacle qui se dressera devant vous sera renverse, tout peril affronte en face, et je redoute que vous ne succombiez dans cette lutte insensee soutenue pour moi seul. Et, dit Maurin, en riant de l’enflure et de la franchise du financier, tu ne m’en as jamais offert! –En veux-tu?. Et voici ce que j’ai vu et entendu. Ces raisons que vous daignez me donner, general, sont fort bonnes, je le reconnais; malgre tout cet homme est un traitre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *