Elles tombent lourdes de sa couronne en pierres, de sa couronne fermee comme celle des princes

. Comment, rien? –Don Andres a ete mis en jugement et comme il protestait de son innocence, malgre tous les efforts des juges pour l’obliger a s’accuser soi-meme, il a ete applique a la torture. Il y a a peine un siecle, les Indiens, en portant leurs offrandes a la chapelle de la Vierge elevee sur la pyramide, priaient encore Quetzalcoatl dont ils attendaient pieusement le retour parmi eux; nous n’oserions pas assurer aujourd’hui que cette croyance soit completement eteinte.

Il temporisa, fit le severe a haute voix, jura au garde qu’il saurait le faire respecter, assura a son adjoint que s’il s’etait revetu de ses insignes, Maurin se fut montre plus respectueux.

Tu enverras des fleurs a Londres. –Toi qui pretends les comprendre, va leur parler, me dit Larroi.

Vous n’avez donc pas regarde le ciel? Avant un quart d’heure, il tombera des pierres de moulin! Si mes gaillards ne connaissent pas la montagne, ils sont fichus de se noyer comme de jeunes perdreaux dans un trou de roche. Je revenais cette nuit de l’affut, et je rapportais ici ma lievre, une lievre de quatre kilos, mon ami! une chose comme un loup! qui me remplissait ton carnier, o Pastoure, et meme davantage–car c’est ton carnier, Pastoure, que j’avais emporte, avec ta permission, vu que le mien est grand comme une malle et que je ne croyais pas en avoir besoin, ne comptant pas tuer plus d’une lievre, comme de juste. Nous en conterons encore ensemble, des galegeades, mon vieux Maurin!. Desorty ne souriait plus. Cependant la foule, toujours un peu cruelle et gouailleuse, ne permettrait pas que le vetement fut donne au pauvre qui ne l’aurait pas merite faute d’avoir grelotte, et fort visiblement. Et le sourire, l’immuable sourire, se fige a la commissure des levres, decouvrant la denture betasse. . Ce que vous me dites me confond, monsieur; cet homme m’est completement etranger, je ne comprends pas de quelle facon ma vie peut se trouver melee a la sienne. Maintenant, venons au fait; je veux que vous me donniez, vous me comprenez bien n’est-ce pas? Que vous me donniez et non pas que vous me vendiez la lettre du senor JuArez que vous avez la dans votre dolman, que vous avez refusee aux honorables caballeros dont je vous ai cite les noms, et que vous me livriez en meme temps les autres papiers dont vous etes porteur et qui, je le suppose, doivent etre fort interessants. A quoi est-ce que ca vous avancera, dites un peu? Et si je touche cette question, c’est bien par amitie, a cause de vos gentillesses, vu que votre candidature nous sera plutot utile. Il temporisa, fit le severe a haute voix, jura au garde qu’il saurait le faire respecter, assura a son adjoint que s’il s’etait revetu de ses insignes, Maurin se fut montre plus respectueux.

Non, rassurez-vous, je ne suis pas le demon, mais je sais beaucoup de choses, sur vous surtout, cher seigneur, et sur les nombreux trafics, auxquels vous vous livrez; je connais le marche que vous avez fait avec un certain don Diego; de plus, si vous le desirez, je vous repeterai mot pour mot la conversation que vous avez eue il y a une heure a peine, dans cette salle meme ou nous sommes en ce moment, avec les senores don Melchior de la Cruz et don Antonio Cacerbar.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *